La saponification : Quels sont les différents modes de saponification ?

(Last Updated On: 15 octobre 2019)
La saponification : Quels sont les différents modes de saponification ?
4.3 (86.67%) 3 vote[s]

Aujourd’hui, les industriels ont recours à différents procédés pour la fabrication de leurs savons. Il est évident que le produit obtenu est différent pour chaque technique, mais sur le marché, ils sont tous vendus sous l’appellation commerciale « savon ».

Pour avoir le savon, on a recours à la saponification. Cette réaction chimique se produit lorsqu’on mélange un corps gras et un alcali. Ce dernier peut être de l’hydroxyde de sodium, ce qui va donner un savon solide ou de l’hydroxyde de potassium qui va permettre d’avoir un savon noir, un savon crème ou un savon liquide. On distingue deux types de saponifications : celle à chaud et celle à froid.

La saponification à chaud

La saponification à chaud

Pour avoir le produit final, les corps gras passent par plusieurs étapes pour cette saponification à chaud. Comme son nom l’indique, ce procédé nécessite une source de chaleur extérieure.

Pour cette technique, la première étape est l’empâtage. Elle consiste à mélanger l’alcali aux corps gras. Pour ce faire, il faut mettre dans une chaudière l’alcali pour la porter à ébullition et puis verser les matières grasses. Pour que la masse savonneuse se forme, il faut bien faire attention à la quantité des ingrédients. Pour compléter la saponification, il faut retirer l’alcali utilisé à la première phase pour le remplacer par un alcali plus forte. C’est la seconde étape de la saponification qu’on appelle l’opération de relargage. On l’arrête jusqu’à ce que la pâte à savon s’ouvre.

La troisième étape de la fabrication du savon est la cuisson de la pâte savonneuse. A ce stade, on s’assure que l’intégralité des matières grasses soit saponifiée. La préparation va commencer à durcir et il faut la retirer du feu lorsqu’elle est suffisamment cuite. La phase finale est variable en fonction du type de savon qu’on veut avoir. Pour le savon blanc de Marseille, par exemple, on fait passer la pâte à savon par la liquidation qui va terminer la cuisson.

La saponification à chaud est la technique utilisée pour avoir le savon de Marseille, les bondillons de Marseille et le savon d’Alep traditionnel.

La saponification à froid

La saponification à froid

Comme son nom l’indique, avec cette technique de fabrication de savon, on ne chauffe pas les ingrédients. La saponification à froid est le procédé utilisé par les artisans pour faire leurs savons. Ils prennent des huiles et des graisses. Pendant le processus, une chaleur est tout de même libérée, mais ce, de façon naturelle suite à l’action de l’alcali sur les matières grasses.

A un certain moment du processus, on ajoute à la pâte savonneuse des actifs fonctionnels comme les colorants. Ceux-ci vont apporter la teinte souhaitée au savon. Ils peuvent être des colorants issus de l’industrie pétrochimique ou des colorants naturels comme les argiles, les plantes, les pigments naturels et les épices. Parmi les actifs fonctionnels à rajouter, il y a aussi les compositions parfumantes qui peuvent être synthétiques ou naturelles et les actifs émollients, surgraissants et gommants. Une fois la pâte savonneuse prête, elle va être découpée puis séchée à l’air libre pendant plusieurs semaines.

Les différents types de savons solides

savons solides

De la saponification, que ce soit celle à froid ou à chaud, on obtient un savon solide. On n’a pas toujours le même résultat, car les ingrédients utilisés sont aussi différents. Ledit « savon de Marseille » par exemple suit le procédé de saponification à chaud au chaudron. Pour sa fabrication, on utilise de l’huile végétale et de la soude. Il est à noter que le savon de Marseille désigne plus le procédé de fabrication que son origine géographique et on peut bien produire ce type de produit même en dehors de la Cité Phocéenne si elle suit ce procédé de fabrication et si on a recours à ces ingrédients.

Le savon d’Alep, par contre, désigne à la fois l’origine géographique et le procédé de fabrication. L’appellation « savon d’Alep » est uniquement réservé aux produits fabriqués dans l’agglomération syrienne. Pour l’avoir, on utilise de l’huile d’olive, de l’huile de baie de laurier et de la soude et on a recours à la saponification à chaud au chaudron. Le savon d’Alep passe par une étape de séchage qui dure plusieurs mois.

Le savon surgras peut être obtenu par la saponification à chaud ou à froid. Cependant, pendant le procédé de fabrication, on s’assure que l’huile végétale ne soit pas entièrement saponifiée par la soude. Pour reconnaître le savon surgras, il faut se pencher sur la liste de ces ingrédients. Vous aurez alors deux fois le nom de l’huile utilisée : l’appellation sous sa forme végétale et celle sous sa forme saponifiée.

Le pain dermatologique, appelé aussi « syndet » ou « savon sans savon », est aussi un type de savon. Il ne résulte pas de la saponification, mais il constitue un type de savon car il contient des tensioactifs qui font son pouvoir nettoyant. La particularité de ce savon réside dans le fait qu’il respecte le pH de l’épiderme.

Quelle est la meilleure mode de saponification ?

On peut entendre dire que les produits de saponification à froid sont plus meilleurs, ce qui fait que la technique à froid devance la technique à chaud. Ce n’est pas vraiment le cas. Il est vrai que les ingrédients dans le procédé de saponification à chaud sont chauffés à haute température et cette cuisson peut leur faire perdre ses bienfaits. Cependant, il existe des huiles comme celle de coco ou d’olive qui supportent très bien les montées en température. La saponification à chaud peut alors être une meilleure technique si les composants, entre autres l’huile végétale, sont bien choisis.

Si on se réfère au rendement, on peut aussi remettre en cause la saponification à froid. Cette méthode, qui est qualifiée comme artisanale, ne permet pas une importante production. Il sera difficile de gérer la réaction chimique sur une centaine de litres d’huile.