Zoom sur la vitamine E

Aujourd’hui, avec le nombre de personnes qui sont atteints de cancer qui ne cesse d’augmenter, la vitamine E est devenue un sujet qui est souvent mis sur la table. On dit qu’elle permet de protéger du cancer et des maladies du cœur. Nous allons faire un zoom sur cette vitamine dans ce dossier.

Les types de vitamine E

La vitamine E est une vitamine liposoluble qui définit une famille de huit molécules organiques dont quatre formes de tocophérols et quatre formes de tocotriénols. La plus présente dans l’organisme est l’alpha-tocophérol qui sert de référence pour les apports nutritionnels et la teneur en vitamine E dans les aliments. Dans les médicaments, vous pouvez voir « bêta-tocophérol », « gamma-tocophérol », « delta-tocophérol » qui sont aussi des formes de vitamine E.

Le rôle de la vitamine E dans l’organisme

On attribue à cette vitamine un rôle antioxydant dans l’organisme. Autrement dit, elle va s’activer pour neutraliser les radicaux libres et son champ de protection se focalise plus sur les membranes cellulaires, notamment celles de la peau. La vitamine E participe partiellement au ralentissement du vieillissement cutané. Elle réduit, voire empêche, l’oxydation des lipoprotéines de faible densité. C’est cette oxydation des lipoprotéines de faible densité qui conduit à l’athérosclérose et aux maladies cardiovasculaires.

Dans le sang, cette vitamine E va éviter la formation anormale de caillots. Elle a aussi des propriétés anti-inflammatoires et vasodilatatrices, ce qui fait qu’elle a un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires. En apportant la quantité suffisante de vitamine E, vous allez aussi limiter le développement de certains cancers, notamment le cancer du sein, de la prostate et du côlon. Chez les personnes âgées, il a été prouvé qu’un supplément de vitamine E réduit le risque de formation de la cataracte.

Certains professionnels de la santé prescrivent des suppléments de vitamine E chez les femmes souffrant de troubles associés aux menstruations. En prenant une dose de 200 UI ou de 500 UI par jour pendant cinq jours à compter du deuxième jour avant les menstruations, vous allez réduire la durée et l’intensité des douleurs menstruelles. Lorsque la dose est limitée à 400 UI, on peut espérer atténuer les migraines menstruelles.

Les apports nutritionnels recommandés

La quantité de vitamine E que vous devez consommer par jour n’est pas forcément identique à celui de votre conjoint ou de votre enfant. En effet, les apports journaliers varient selon l’âge. Les enfants entre 12 mois et 8 ans ont besoin de 6 à 7 mg par jour. De 9 à 13 ans, ces apports passent à 11 mg. Au-delà de cet âge, il faut consommer environ 15 mg de vitamine E par jour. Pour la femme enceinte, il n’est pas nécessaire d’augmenter cette quantité, mais si après son accouchement, elle allaite, il faudrait prendre 19 mg par jour.

La carence en vitamine E

Même si vous n’êtes pas aussi minutieux dans l’élaboration de vos menus, il est rare qu’on soit en carence de vitamine E, car on la retrouve dans différents aliments. L’organisme a aussi cette capacité d’en stocker en grande quantité dans le foie. Cependant, les sujets qui ne peuvent pas absorber les graisses alimentaires comme les personnes souffrant de pancréatite chronique ou de fibrose kystique peuvent être exposés à cette carence. Ce manque de vitamine E peut se traduire par une faiblesse musculaire ou une fragilisation des récepteurs de la lumière de la rétine. Chez certaines personnes, cette carence entraîne des difficultés de coordination et de marche qui s’expliquent par la dégénération de certains neurones. Ces personnes peuvent être plus fragiles, car leur système immunitaire n’est pas à son fonctionnement optimal.

Les aliments riches en vitamine E

Vu l’importance de cette vitamine, il faudrait essayer d’intégrer dans ses menus des aliments qui pourront l’apporter. Vous pouvez par exemple cuire vos légumes avec un peu d’huile de tournesol. Dans 100g de cette huile, on retrouve environ 58,3 mg de vitamine E, mais vous avez compris qu’il ne faudra pas mettre 100g dans une préparation. L’huile de foie de mourue et l’huile de colza sont aussi d’excellentes sources de vitamine E avec une dose respective de 30 mg pour 100 g et 27,7 mg pour 100 g.

Si vous voulez préparer un plat de poisson, on vous conseille de prendre de l’anguille et de le cuire au four. Dans 100 g, on retrouve 5 mg de vitamine E. Vous pouvez aussi prendre des sardines en conserve qui pour 100 g, renferme environ 2mg de vitamine E. On ne peut pas se permettre tous les jours d’avoir des œufs de poisson au repas, mais essayez de le faire, car dans 100 g, on a 7,52 mg de vitamine E. Un œuf de volaille, lui, en contient entre 2 et 3 mg. Parmi les légumes ayant une teneur élevée en vitamine E, on peut aussi citer les épinards, les asperges et les poivrons. Les fruits oléagineux apportent également une importante quantité de cette vitamine. 100 g d’amandes, par exemple, renferment près de 14 g de vitamine E.

Doit-on prendre un supplément de vitamine E ?

Si vous ne prenez pas souvent ces aliments riches en vitamine E, vous pouvez vous dire que vous ne fournissez pas à votre organisme ses besoins en vitamine E. Dans les pharmacies, on trouve des suppléments de vitamine E, ce qui peut vous tenter d’en prendre. Sachez que vous n’en avez pas forcément besoin, car il s’agit d’une vitamine liposoluble. Ceci dit que la vitamine E est stockée dans notre foie et ce, en une quantité non négligeable. De ce fait, lorsque vous n’atteignez pas les apports nutritionnels recommandés, le stock de vitamine E va être libéré dans le sang, ce qui va vous éviter la carence.

Il est à préciser également que même si des études ont démontré que la vitamine E prévient les maladies chroniques, notamment les maladies cardiaques et les cancers, ce n’est pas une raison de prendre des suppléments de vitamine E. Si vous détectez un des signes de carence de vitamine E, il serait plus judicieux de consulter un médecin.

Vues: (128)